La famille : les scrupules des proprios

Imaginez la difficulté de se loger pour les familles avec beaucoup d’enfants, notamment pour les familles immigrantes.

 

La présente pénurie de logements incite bien des propriétaires à faire preuve de discrimination comme jamais auparavant. Ce n’est pas les raisons qui manquent : les personnes qui ont un mauvais dossier de crédit, les jeunes, les assistés sociaux, les personnes immigrantes… et les familles.

            Quand on parle de familles, on vise surtout les enfants. On veut assurer la tranquillité dans l’immeuble, dit-on. Certains propriétaires l’indiquent même dans leurs annonces. Pas d’enfants, écrit-on. Les plus gênés vont écrire « endroit tranquille », ce qui signifie la même chose.

            Pourtant, avoir des enfants n’est pas une maladie. Ça fait même partie de la vie! Tous les adultes que nous sommes ont déjà été un enfant. Alors, imaginez une famille immigrante avec une flopée d’enfants!

            Malheureusement, dans nos sociétés, l’intolérance est devenue sans égale. Le moindre inconvénient est vu comme une intrusion dans sa vie privée.

            Alors que faire? D’abord, mettre un peu de tolérance dans nos vies. En ces temps de pandémie, beaucoup ont oublié le savoir-vivre et le respect des gens qui ne partagent pas toutes nos valeurs. La tolérance est un élément essentiel su savoir-vivre.

Un coin de la cour aménagé pour jouer, avec carré de sable et un peu de verdure, c’est parfois tout ce que ça prend. Malheureusement, bien des immeubles n’ont rien à offrir sauf un stationnement en asphalte.

Ensuite, accepter les enfants comme ils le sont. Un enfant grouillant est un enfant en santé, dit le dicton populaire. Il faut laisser un espace de vie aux enfants.

            Pourtant, avec un peu d’ouverture et de bonne volonté, il serait si facile d’être plus accueillant pour les enfants. Un coin de la cour aménagé pour jouer, avec carré de sable et un peu de verdure, c’est parfois tout ce que ça prend. Malheureusement, bien des immeubles n’ont rien à offrir sauf un stationnement en asphalte.

            Évidemment, il faudrait davantage de logements sociaux pour les familles à faible revenu. Il manque déjà beaucoup de logements à prix modique dans notre région. Imaginez la difficulté de se loger pour les familles avec beaucoup d’enfants, notamment pour les familles immigrantes.

            Le droit au logement est un droit important dans nos communautés. Et la demande de logements pour les familles ira en augmentant. La hausse fulgurante du prix des maisons va réduire d’autant l’accès à la propriété pour beaucoup de familles. Donc, les besoins en logements de qualité seront grandissants.

            Sinon, faudra-t-il sévir contre les propriétaires qui refusent de louer à des familles? Peut-être qu’il faudra le faire malgré tout.